Le verdict de la rayure

Suite à mon article sur le passage du test de QI   je continue avec les résultats du test de QI et l’enjeu qu’ils engagent. J’ai eu mes résultats il y a quelques jours et comme toute chose à fort impact existentiel il incombe de laisser passer du temps pour avoir les idées plus claires, laisser les choses se décanter avant d’en parler.

Sur le coup on change d’avis et on ne veut surtout pas savoir. On a trop peur de ce verdict, parce que bien qu’on se fiche du nombre en lui-même, on a peur de ne toujours pas trouver sa place sur cette courbe de Gauss. Mais ce n’est que reculer, toujours fuir et alimenter cette insécurité. 

Alors tel un saut en parachute, on se lance et on affronte, on avance quitte à se tromper mais au moins à éliminer une possibilité. Mieux savoir que de rester dans l’ignorance. 

NativNatur.fr

C’est dans un état de demi-conscience que le verdict est tombé : Je suis HPI. Voilà c’était dit, et tous les sens qui avaient déjà été faits avec les séances précédentes pouvaient enfin être confirmés. C’était bon, j’avais enfin trouvé mes couleurs, des réponses et un groupe de personnes qui vivaient la même chose. Après toutes ces années d’errance, de solitude, d’incompréhension et d’oppression, le voile tombait et je pus me révéler.

Il y a eu ce truc de  » suis-je bien placée sur la courbe  » sous-entendue au plus près du 130. Oui il y a toujours en nous cet esprit d’être à la hauteur, bien placé et  » bon élève  » reconnu à sa juste valeur. Il ne faut pas blâmer ça mais comprendre pourquoi. Puis, l’euphorie s’estompe et il ne reste que la question  » qu’est-ce que j’en fais maintenant ? « . C’est sûr au fond rien a changé, il y a juste eu confirmation pas modification. Et pourtant si, maintenant on sait qui on est, on peut enfin  apprendre à s’aimer, à se rencontrer et se fortifier. Autoriser sa sensibilité, accepter nos particularités, approfondir nos capacités, ouvrir notre confiance en soi, écouter ses instincts et son intuition.

Je suis soulagée, maintenant que j’ai réalisé. Puis, il y a très vite eu une énergie qui m’a emporté. En savoir plus, me connaitre mieux, en parler plus, permettre à d’autres de le vivre mieux. Et puis au-delà du nombre, il y a l’analyse, le résultat entre les lignes, le fond derrière la forme : le portrait clinique. C’est là tout l’enjeu de ce test, l’enjeu d’en apprendre plus sur notre particularité. J’encourage à cette rencontre avec soi-même, mais j’invite aussi à suivre son intuition, de sentir si c’est le bon moment ou pas, si c’est le bon psy ou pas, si c’est une bonne décision ou pas.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© Nativ Natur tous droits réservés ♥