Vivre le vide

Le vide intérieur, cet espace dont on rêve combler, signe d’une plénitude intime intense, mais dont on ne sait rien, dont on ne nous a pas appris comment le développer. La sensation de complétude apparait comme une sorte de Graal personnel, dont pléthore d’auteurs et de thérapeutes ont, par leurs écrits et leurs soins, donné des chemins, des cartes, des pistes pour le trouver.

Ce vide qui inquiète, qui angoisse jusqu’à parfois nous égarer en nous-mêmes. Ce vide se vit comme un poids, un fardeau qui nous suit et qui nous empêche d’être ancré dans la vie, d’être stable dans notre intériorité et d’être sûre dans notre extériorité.

Et si finalement, ce vide n’était pas la recherche et la réussite ultime de notre existence. S’il ne fallait pas le rejeter, le combler mais l’accepter, se l’approprier. Le vide s’appelle Éther dans certaines pratiques spirituelles et il est considéré comme le 5e élément aux côtés de l’eau, du feu, de l’air et de la terre. Ce vide est interprété comme un espace d’accueil, le contenant d’un contenu, le support, le réservoir à l’image d’une conque. Ainsi, j’y vois dans ce vide un constituant de la complétude, il n’est à supprimer ou à remplacer mais bien à intégrer et à mélanger. J’y vois dans le vide une possibilité à cette énergie reliée à notre part plus grande, plus intense et plus réelle, de pouvoir s’établir, de pouvoir exister puisqu’elle à un réceptacle dans laquelle s’épanouir.

Ainsi, j’en viens à comprendre que ce vide ne peut exister que dans un lâcher-prise du bien, du bon et du être. Une omission à la perfection associée à cette quête d’Être rempli, intégral et intègre.

D’ailleurs, souvent, on attend des autres qu’ils comblent ce vide, on est déçu et en colère de leur inefficacité à combler ce vide. On cherche par l’autre, à guérir le deuil originel de notre naissance, ce moment où l’on commence à ressentir l’absence de notre moi profond. Par l’autre on recherche à être plein, combler ce vide, ce manque, comme celui que l’on sent lorsqu’on est aimé par soi-même. Les autres sont un substitutif d’amour de soi sans l’être vraiment. Par ce vide, cet amour éternel de soi a désormais un espace où se cultiver.

Nativ Natur

Accepter le vide, 

Le laisser s’infuser,

Le rencontrer,

Le laisser s’installer,

Le valoriser, 

L’aimer.

Soyez rassuré,

Le vide vous protège,

Soyez vide,

Laissez vous être,

Vulnérable, dépossédé.

Dans ce vide, souriez vous,

Il n’y a pas de compétition,

Le vide ne juge pas,

Il se rempli, il s’offre, il soutient,

Il est l’espace stable, durable, fort.

Il est le manque de tout,

Il est le plein de vous.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© Nativ Natur tous droits réservés ♥